Les œuvres de Patrick Ascione rayonnent! Elles ont été jouées en concert à Aix-en-Provence, Bourges, Bruxelles, Cherbourg-Octeville, Marseille, Montréal, Paris et Tournai.

«Ce qui compte avant tout n’est pas uniquement que le support que nous utilisons (ordinateur, bande magnétique…) soit la mémoire fidèle, la trace exacte de ce que le compositeur a voulu, mais qu’il permette, par sa nature même, de proposer un univers de sens nouveaux et de phénomènes perceptifs inédits, que nous serions sans lui tout à fait incapables d’imaginer et de traduire sous quelque forme traditionnelle que ce soit… C’est cela qui constitue réellement pour la musique acousmatique, une avancée remarquable par rapport à la composition instrumentale sur partition.»

Né à Paris (France) en 1953, et après des études musicales classiques, Patrick Ascione suit une formation de 1977 à 79 au Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB, France) — un centre qui, en 1995, prend le nom d’Institut international de musique électroacoustique (IMEB). Il participe à la première session d’informatique musicale de l’Institut de recherche et coordination acoustique/musique (IRCAM, Paris, France) où il découvre la composition assistée par ordinateur.

De 1980 à 84, Patrick Ascione rejoint le GMEB comme animateur où, parallèlement, il approfondit les techniques électroacoustiques et se consacre à la composition. Après avoir créé en 2003 et animé jusqu’en 2008 une classe d’électroacoustique à l’École de musique à Cherbourg (France), il enseigne aujourd’hui au Conservatoire de musique et de danse à La Rochelle (France).

Dès ses débuts en 1978, il perçoit la dimension plastique du son offert par la musique électroacoustique, ce qui en fait véritablement un art de support et de fixation du sonore à l’instar de la peinture et de la couleur et compose des pièces comme Métamorphose d’un jaune citron, Bleus et formes… Il travaille ensuite sur les notions de «polyphonie spatiale» et d’écriture de l’espace, qu’il propose en prolongement du mode de composition stéréophonique généralement pratiqué dans les studios, et compose en 1987-89, la première pièce sur 16 pistes réelles, Espaces-paradoxes, intégrant dans le processus même d’écriture les paramètres de spatialisation et de diffusion («démixage»). Suivront les pièces: Chants sphériques, Couleurs d’espaces, Holophonie ou la baleine rouge, Danse de l’aube, Barcarolle pour studio et bande, Enième

Ses pièces sont pour la plupart des commandes des principaux centres (Ina-GRM, CIRM, Musiques & Recherches…) et de l’État (Direction de la musique, France) et ont été plusieurs fois primées lors de concours internationaux.

[ii-15]

Patrick Ascione, photo: Gaspard Ascione, mai 2012

Le calendrier d’événements

Diffusions