Light Garden

Armando Balice

Light Garden has been performed in Belle-Isle-en-Terre, Crest, Dijon, Marseille, Saint Petersburg and Vienna…

This text is unavailable in English.

«C’est là qu’on commence enfin à voir, dans le noir. Dans le noir qui ne craint plus aucune aube. Dans le noir qui est aube et midi et soir et nuit d’un ciel vide, d’une terre fixe. Dans le noir qui éclaire l’esprit.»

Samuel Beckett

Beckett laisse venir la lumière et nous soumet aussi l’idée d’un commencement ou même d’un recommencement, mais sous un angle nouveau, éclairé cette fois, malgré le noir qui l’entoure. Je me laisse séduire par l’idée de la lumière comme signe d’un recommencement, particulièrement en cette période que traverse l’humanité. Cette idée du recommencement m’intéresse, et j’avais déjà abordé ce thème dans une pièce intitulée Le crépuscule fané du phénix noir dont le tire est inspiré d’Apollinaire. En cette période, nous avons en effet besoin d’un recommencement, d’un rebond, d’un éclairage nouveau, de sortir du noir. Beckett nous apporte une lumière dans l’esprit, quand à Soulages c’est par la matière concrète qu’il matérialise la lumière à nos sens.

À travers son travail sur la couleur noire, Pierre Soulages est parvenu à mettre en avant la lumière dans ses tableaux. Cette mise en valeur de la lumière à travers le noir nous plonge dans un contraste saisissant. C’est en peignant profondément avec la matière, les textures et le grain de la peinture que Soulages révèle ce qui est en dehors du tableau lui-même. On y trouve ainsi une dualité intérieure et extérieure.

Ces deux «approches» sont ce qui va construire Light Garden.

Dans la pièce les mouvements intitulés Noir I, Noir II et Noir III sont des symboles de ce noir qui nous entoure. Ils viennent constituer des sortes de mouvements-transitions qui contrastent avec les autres, notamment en incluant des enregistrements issus de paysages sonores ou de prises de sons non abstraites, clairement évocatrices du monde réel, extérieur.

Les autres mouvements ont pour titre des phénomènes qui impliquent la lumière et auront un caractère plus abstraits, plus intérieur dans leur interprétation. Ils seront une abstraction de la lumière dans la matière sonore. Une sorte d’éclairage nouveau à l’opposé et en même temps indissociable des «noirs» qui ponctuent la pièce.

Enfin, le dernier mouvement From Light nous amènera vers un certain apaisement, signe de ce recommencement. Un mouvement qui pourrait avoir comme point de départ, la fin du poème Je t’écris de Eugène Guillevic qui à beaucoup inspiré ma démarche artistique. Ce poème termine par la phrase: «Et nous irions / Vers la lumière guérissable».

Premiere

  • August 19, 2021, Futura 21: Concert 5, Salle des Moulinages — Espace Soubeyran, Crest (Drôme, France)

Details

Light Garden (2021), 23:00
fixed medium

Movements

Calendar