Paul Dolden

Les œuvres de Paul Dolden rayonnent! Elles ont été jouées en concert à Århus, Arras, Bâle, Banff, Bruxelles, Foligno, Glasgow, Guelph, Hanoi, Kitchener, Londres, Magdebourg, Malmö, Mexico, Modène, Montpellier, Montréal, New York, South River, Toronto et Vancouver…

Paul Dolden commence sa carrière à l’âge de 16 ans comme guitariste électrique, violoniste et violoncelliste professionnel. Inspiré par les possibilités créatives inhérentes aux technologies d’enregistrement, il se tourne vers des modes contemporains de production et de diffusion dans sa démarche artistique. À 29 ans, il remporte le premier d’une vingtaine de prix internationaux qui l’établissent comme compositeur. Sa musique a reçu et continue de recevoir d’un large public, tant en Europe qu’en Amérique du Nord, un accueil dithyrambique.

Tout au long d’une carrière s’étendant sur plus de trente ans, Paul Dolden a perfectionné une démarche artistique originale utilisant la technologie audio comme plate-forme pour propulser ou capter des performances musicales autrement insaisissables. De cette façon, il fait de son ordinateur un orchestre virtuel qu’il manipule avec autant de sensibilité que s’il s’agissait d’un orchestre traditionnel. Ses compositions se caractérisent par une esthétique maximale dans laquelle des centaines d’enregistrements numériques de performances instrumentales et vocales sont combinées en couches multiples.

La musique de Paul Dolden a été décrite comme le «chaînon manquant» entre le jazz, le rock et le grand concert traditionnel. Certains critiques l’ont appelée «musique de l’ère informatique combinant bruit, complexité et beauté dans une quête de l’excès», d’autres d’«hypermodernisme apocalyptique».

Ses premières œuvres employaient une approche unifiée de variations de timbres et d’harmonies. Par la suite, sous l’influence du postmodernisme, il y a inclus une juxtaposition et une surimposition de styles musicaux hétérogènes, comme en témoignent les œuvres du Resonance Cycle (Cycle résonance, 1992-96). Cherchant toujours à se surpasser, Dolden a intensément poursuivi au cours des dernières années, dans le Twilight Cycle (Cycle du crépuscule), l’investigation des fruits défendus de la nouvelle musique contemporaine: la mélodie et les rythmes de danse.

Depuis 2003, sa démarche compositionnelle fait appel à l’étude détaillée de différents styles musicaux et sons de la nature pour en découvrir les interrelations. Les propriétés originales ainsi découvertes sont alors recombinées pour créer une bacchanale sonore de textures, de polyrythmies et de mélodies microtonales d’un autre monde. Par exemple, la nature est partout dans les œuvres de son Who Has… Cycle (Cycle Qui a…, 2005-09), d’énormes nuages d’insectes aux sections de cuivres et de vents affairés qui reproduisent les mêmes motifs microtonaux et polyrythmiques d’une grande intensité.

Paul Dolden pousse la relation entre culture et géographie à l’ultime limite de sa logique. D’abord, il identifie l’absence de coïncidence dans le fait que la musique «country» soit née dans les prairies, au milieu des hurlements des chiens, ou que l’Espagne ait donné naissance au flamenco aux côtés de grillons qui chantent en 6/8. Ensuite, il ajoute à ces sons naturels des interprètes humains qui accompagnent ce cirque musical et en proposent un commentaire. L’unité de ce cycle est assurée par des thèmes mélodiques récurrents qu’on entend chantés par une chorale, exécutés à toute vitesse à la guitare, jappés par les chiens et intégrés tout au long de l’œuvre, quoi qu’en mutation constante.

Même si les auditeurs affirment souvent que c’est Dolden qui possède «le plus gros son», le principal intéressé reporte plutôt cet honneur sur la nature. En grattant le vernis des tropes et de l’humour que recèle le Who Has… Cycle, on découvre un appel désespéré au secours musical et écologique. Si la nature possède le plus gros son, les plus belles mélodies et le bruit le plus assourdissant, il faut la respecter et la protéger.

Depuis 2010, Dolden s’inspire des mythologies dans une série d’œuvres pour soliste et bande comme dans Music of Another Present Era (2013-16). On trouve des mythes dans toutes les cultures, jusqu’aux légendes urbaines d’aujourd’hui et aux vastes mythoi fictifs que créent le cinéma et la musique populaire. Les œuvres de cette période s’amusent librement avec notre imagination historique, plus spécifiquement notre capacité à imaginer d’autres temps et d’autres cultures par le truchement de leurs contes mythologiques. En parallèle, cette imagination est constamment conditionnée par notre époque et l’état actuel de notre propre musique. Par exemple, Dolden imagine le mythe de Marsyas comme un de nos concours de groupes musicaux; que Shangô, dieu africain des tempêtes, se déchaînait sur un rythme «funky»; que les premiers festivals lunaires mettaient en vedette des chansons de filles; que la ronde cosmique originelle ressemblait à un «big band» qui «swing» en 5/4; et que, pendant l’ère babylonienne, les Samaritains de l’actuelle Cisjordanie donnaient dans la comédie musicale.

En bref, dans les œuvres les plus récentes de Dolden, les mythes du passé se choquent aux styles musicaux du présent, en quête de pure beauté musicale.

[traduction française: François Couture, ii-18]

Paul Dolden

Ottawa (Ontario, Canada), 1956

Résidence: Val-Morin (Québec)

  • Compositeur

pauldolden@yahoo.com

Sur le web

Paul Dolden, photo: David Strong, Montréal (Québec), 2006
Paul Dolden, photo: David Strong, Montréal (Québec), 2006

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.