Hildegard Westerkamp

Les œuvres de Hildegard Westerkamp rayonnent! Elles ont été jouées en concert à Beijing, Berkeley, Birmingham, Bruxelles, Cagliari, Calgary, Darmstadt, Édimbourg, Edmonton, Glasgow, Guelph, Halifax, Helsinki, Karlsruhe, Kehl, Kitchener, Linz, Londres, Lyon, Manchester, Marseille, Miami, Montréal, Nantes, New York, Nîmes, Oberlin, Osnabrück, Ottawa, Paris, Saint-Denis, San Francisco, Santiago, São Paulo, Silverton, South River, St John’s, Surrey, Toronto, Vancouver, Venise, Winnipeg et Wolfville…

Hildegard Westerkamp a émigré au Canada en 1968 et a donné naissance à sa fille en 1977. Après qu’elle ait complété des études en musique au début des années 70, ses oreilles l’ont attirée au-delà de la musique vers l’environnement acoustique comme vers un lieu plus large ou un contexte culturel d’écoute intensive. Que ce soit dans le domaine de la composition, de l’éducation ou de l’art radiophonique, la plus grande partie de son œuvre depuis le milieu des années 70 est centrée sur les sons de l’environnement et sur l’écologie acoustique.

Elle a donné des cours en communication acoustique à la Simon Fraser University (1981-91) à Vancouver (BC), et dirigé des ateliers sur le paysage sonore partout dans le monde. Elle est l’un des membres fondateurs du World Forum for Acoustic Ecology (WFAE, 1993) et a dirigé le bulletin The Soundscape Newsletter de 1991 à 95.

La plupart de ses compositions traitent de certains aspects de l’environnement acoustique: paysages sonores urbains, ruraux ou naturels; voix d’enfants, d’hommes et de femmes; bruit ou silence; musique et sons provenant des médias; ou encore, sons de différentes cultures, et ainsi de suite. Elle a composé des bandes sonores de films et des documents sonores pour la radio, et a réalisé et animé des programmes radiophoniques tels que Soundwalking et Musica Nova sur les ondes de la Vancouver Co-operative Radio.

Dans un certain nombre de ses compositions, elle a allié de façon importante son traitement des sons environnementaux à la poésie de l’écrivain canadien Norbert Ruebsaat. Plus récemment, elle a elle-même composé des textes pour une série de morceaux pour texte récité et bande. En plus de ses compositions électroacoustiques, elle a créé des morceaux pour ‘sites’ spécifiques, tels que Harbour Symphony (1986) et École polytechnique (1990). Dans des œuvres comme Into India, elle explore les répercussions plus profondes rattachées au transfert de sons environnementaux d’un lieu étranger vers le contexte nord-américain de la composition électroacoustique et de la culture de l’art audio.

[iii-00]

Le calendrier d’événements

Diffusions