Figures du temps

Denise Desautels, Monique Jean

Figures du temps a été jouée à Bruxelles, Montréal, Oslo et Toronto…

Que fait-on avec le réel? Comment créer un espace esthétique qui refuserait l’amnésie?

Croisements et chocs des événements individuels et des événements publics. Une suite qui tente de s’approcher de «la vie humaine individuelle, petite, pauvre, sans défense mais magnifique» dont parle Tadeusz Kantor. «Ce n’est que dans cette vie humaine que sont conservées aujourd’hui la vérité, la sainteté et la grandeur. On doit les sauver de la destruction et de l’oubli. Les sauver de toutes les puissances de ce monde.»

Flux médiatique, poésie/résistance, disparition du code morse: février 1999.

Dans … et les déchets qu’on brûle, les textes sont de Denise Desautels, extraits de Cimetières: la rage muette (Éditions Dazibao, Montréal, 1995). Avec les voix traitées de Marie-France Marcotte, Angèle Laberge, Marc Mercier. Et les improvisations de Joëlle Léandre à la contrebasse.


Figures du temps a été réalisée avec le soutien du Conseil des arts du Canada (CAC), section Arts médiatiques et de PRIM, centre d’arts médiatiques en 1998-99 au studio de la compositrice. Les deux premiers mouvements ont été créés le 17 février 1999 lors d’un concert solo dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (5) présentée par Réseaux à Montréal et le troisième mouvement a été créé le 5 mai 2001 à l’émission L’Espace du son réalisée par Mario Gauthier à la Chaîne culturelle de Radio-Canada.

Création

  • 17 février 1999, Rien à voir (5): concert solo + carte blanche, La Chapelle, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions