Masques et parades

Stéphane Roy

Masques et parades a été jouée à Bruxelles, Montréal et Toronto…

Le caractère tragi-comique du cirque est la source vive qui a inspiré la composition de cette œuvre. Le cirque est en effet cette merveilleuse métaphore qui unit l’irrationnel au drame, la jubilation au contrôle de soi: spectacle ponctué de moments extrêmes et de quêtes paradoxales où la fête côtoie le tragique. À l’instar du cirque, Masques et parades met en scène les dimensions opposées de l’introspection et du masque, de la face cachée et révélée, de l’ombre et de la lumière, du drame et de la dérision.

L’œuvre se compose de trois sections intitulées Exultation, Burlesque et Noir silence. Avec son expression allègre, euphorique, voire fraternelle, Exultation contraste avec le caractère irrationnel, iconoclaste, aux allures de grotesque de Burlesque. La dernière section, Noir silence, tire sa source de l’art du trapèze, métaphore du travail compensatoire accompli par nos mécanismes psychologiques pour répondre aux attaques déstablilisantes d’un monde troublant auquel il faut pourtant trouver sens.


Masques et parades a été réalisée de 2000 à 2003 au studio du compositeur à St Louis (Missouri, ÉU) puis à Montréal et a été créée le 22 mars 2003 dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (13) présentée par Réseaux au Musée d’art contemporain de Montréal. Les textes du compositeur sont récités par Claudine Jomphe et par Stéphane Roy. Masques et parades a été réalisée grâce à une bourse de création du Conseil des arts du Canada (CAC).

Création

  • 22 mars 2003, Rien à voir (13): carte blanche + concert solo, Salle Beverley Webster Rolph — Musée d’art contemporain de Montréal, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo

Mouvements

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.