Minuit

Christian Calon

Minuit a été jouée à Birmingham et Montréal…

À Francis Dhomont

1: Prologue

«Quand le doigt montre la lune, l’idiot regarde le doigt.»

— proverbe

S’il y a une histoire à Minuit, ce ne peut être que celle, idéale, d’un saut, d’une traversée.

2: Minuit (Minuit; Enfer)

Ce Minuit je le vois comme un haut lieu de la nuit, de cette nuit lumineuse dans la tête, à partir duquel tout bascule, où se défait l’emprise des lois et des interdits, quand s’ouvrent les portes et déferlent les vagues tumultueuses de l’inconscient. Le diamant au cœur de la nuit.

«La sexualité et la mort ne sont que les moments aigus d’une fête que la nature célèbre avec la multitude inépuisable des êtres, l’un et l’autre ayant le sens du gaspillage illimité auquel la nature procède à l’encontre du désir de durer qui est le propre de chaque être.»

Georges Bataille

Plus encore que de dire quelque chose à travers un texte, ce que j’ai cherché à atteindre c’est donc un lieu: situé nulle part ailleurs que dans l’œil du cyclone: dans la beauté de l’amour, l’exubérance de la vie et l’horreur de la mort. Le lieu d’où cette parole qui est dite, parle. Car s’inscrivant dans un espace vide, une zone tenue pour inexistante et sur laquelle donc, le silence à jamais est fait, cette parole, ne pouvant énoncer ce qui est pressenti, tend de toutes ses forces à se maintenir devant ce vide, au bord de cette limite, celle, juste avant sa défaillance et sa chute, de sa propre interdiction. Voilà ce que la littérature, depuis toujours, ne cesse de nous montrer.

3: Immémorial (Traversée; Immémorial; Épilogue)

«L’espace sans limite d’un soleil qui témoignerait non pour le jour, mais pour la nuit libérée d’étoiles, nuit multiple.»

Maurice Blanchot

Ne serait-ce que le temps d’un éblouissement, parfois, j’en suis certain, moi aussi j’ai cru voir… quelque chose. Et c’est cette parole qui, excédée par son objet, a maintenant basculé dans un lieu de tous les possibles (parole atomisée au surgissement débridé, circulaire), qu’il me faudra désormais essayer de comprendre.

Le texte, ici d’une écriture éclatée en retour constant sur elle-même, fondu dans le matériau sonore dont il s’échappe par instants pour jaillir, cristallisations verbales véhicules du sens, est le noyau de cette dernière partie. Noyau physique, puisque c’est de la chair des mots, du son de la voix même, dont ce matériau est dérivé (chaque bloc textuel est en effet toujours présenté accompagné de ses propres dérivations sonores), et noyau conceptuel: on procède par bonds, ruptures, dérapages et répétitions à l’image folle de ce lieu de parole que l’on pressent parfois comme étant «l’autre», cet autre versant d’une traversée continuellement ajournée: l’Impossible, peut-être.

Écriture: rapport texte-son

Cette division de Minuit en trois parties correspond aux trois textes autour desquels la pièce est construite. Chacun d’eux se distingue par un type d’écriture déterminant un mode de mise en situation de la voix ainsi qu’un type d’écriture sonore.

Partie Écriture textuelle Fonction de la voix Écriture sonore
1 narrative: linéaire conteur ponctuelle, trames, arrière plan au texte
2 narrative: linéaire narratrice orchestrale, hétérophonie, intégration texte-son
fragmentée: bribes de phrases commentaires, situations
3 narrative: linéaire narratrice dérivation, variation et répétition
parcellaire-cyclique: atomisation acteur: délirante (matériologique)

[i-90]


Minuit a été réalisée de janvier 1986 à octobre 1989 au studio du compositeur. Certains éléments sonores proviennent de périodes de travail au Groupe de musique expérimentale de Marseille (GMEM), France et, pour Immémorial, sur SYTER au Groupe de recherches musicales (Ina-GRM), Paris, France. La création en concert de Minuit a eu lieu le 31 janvier 1990 à la Maison de la culture Frontenac à Montréal et la création radiophonique le 4 novembre 1989 à l’émission Musique actuelle du réseau FM de Radio-Canada. Les textes de Christian Calon (© Calon, 1989) ont été inspirés par les idées et les écrits en particulier de: James Joyce, Charles Baudelaire, Louis-Ferdinand Céline et Antonin Artaud. Les voix sont celles de: Benoît Dagenais (le conteur: [3.1], l’acteur: [3.5]); Suzanne Lantagne (la narratrice: [3.2], [3.5], [3.6]); Philippe Le Goff, Ghislaine Dubuc, Danièle Renaud, Christopher Lea et Christian Calon. Minuit a pu être réalisée grâce à l’aide du Conseil des arts du Canada (CAC) et a remporté le 1er prix de la catégorie Musique à programme au 17e Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1989).

Création

  • 31 janvier 1990, Concert, Maison de la culture Frontenac, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions