Tropes

Robert Normandeau

Tropes a été jouée à Ottawa…

À Claire Bourque

Le trope est l’ajout de mots ou d’éléments musicaux à une œuvre déjà existante. Ici, l’œuvre ‘tropée’ est celle de Mozart et plus particulièrement sa musique de chambre. Ainsi, tous les sons de cette œuvre proviennent exclusivement de sa musique pour cordes, vents, piano et voix. Les sonorités des instruments d’origine sont métamorphosées de manière à les rendre ‘irréalistes’ notamment par des procédés de transformation temporelle. Ainsi, les sons de voix sont allongés au-delà des possibilités du souffle humain et la virtuosité générale de l’œuvre dépasse celle des meilleurs solistes actuels rendant inutile, par le fait même, toute velléité de comparaison avec l’original.

J’ai cherché à déceler ce qui m’apparaît contemporain dans l’œuvre de Mozart, ce qui a conduit, aujourd’hui, à des développements insoupçonnés à son époque. En plus des musiques de chambre, j’ai utilisé une citation du Concerto pour clarinette qui est mon premier souvenir musical. Sur la pochette du disque de mes parents, j’étais fasciné par l’instrument soliste démonté en cinq sections. Je ne peux m’empêcher de considérer cela comme une prémonition de ma future vocation de compositeur ainsi que de la création de cette œuvre. Défaire et faire, décomposer pour composer, actions jumelles de toute démarche artistique.


Tropes a été réalisée au studio du compositeur en 1991 et a été révisée en 1993. Elle a été créée lors d’un concert radiodiffusé, Mozart l’intimiste, le 3 décembre 1991 à Ottawa (Canada) à l’occasion des festivités entourant le 200e anniversaire de la mort de Mozart. La pièce est une commande du Service des émissions musicales du Réseau FM de Radio-Canada.

Création

  • 3 décembre 1991, Concert, Réseau FM de Radio-Canada, Ottawa (Ontario, Canada)

Détails

support stéréo

Mouvements

Le calendrier d’événements

  • 3 décembre 1991
    Ottawa (Ontario, Canada)
     

Diffusions