Lune noire

Patrick Ascione

Lune noire a été jouée à Lyon, Montréal et Paris…

À Évelyne

Par le jeu d’oppositions et confrontations de formes uniquement, la pièce développe le discours naissant de cette combinatoire au détriment du pouvoir évocateur des sons eux-mêmes. Ces formes ‘peintes’ (plus picturales que musicales dans leur conception) sont une manière d’intégration de la couleur des sons (perception non synesthésique) dans la gestuelle quasi plastique de leur ordonnance dans le temps. Cependant les sonorités sont utilisées moins pour leur valeur sémantique que comme prétexte à l’élaboration de métamorphoses formelles caractéristiques dont la fonction sera d’imprimer en retour un rôle et une unité, un accent particulier à ces sons. Traversée symbolisant l’obscurité à vaincre, les étapes successives de la fascination; pôle inachevé de l’illusoire ou de la raison.

Lune noire est composée de deux volets de durées sensiblement identiques ponctués d’un court mouvement ou intermède isolant, le Thème de Lilith. Chacune de ces deux parties traitant des deux pôles contradictoires de ce grand sujet astrologique: la première, de la transmutation vers ce qui est désintégration (Lac noir); la seconde, de la transmutation vers un état libératoire (La porte étroite).


Lune noire est une commande de l’Ina-GRM réalisée en août 1987 dans ses studios. L’œuvre a été créée le 15 février 1988 au Grand Auditorium de la Maison de Radio France dans le cadre du Cycle acousmatique. Elle a été sélectionnée au 1er Prix international Noroit-Léonce Petitot (Arras, France, 1989) et, à cette occasion, a été enregistrée sur disque compact (NOR 1).

Création

  • 15 février 1988, Cycle acousmatique 1988: Concert, Grand Auditorium — Maison de Radio France, Paris (France)

Détails

support stéréo
Cycle: Polyphonie-polychrome (1984-89)

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions