Talking to a Loudspeaker

Dan Lander, Gregory Whitehead

Bien qu’on traite la radio de médium chaud, à cause de son ouverture relative à l’interprétation quand on la compare à la télévision, elle constitue néanmoins un médium à sens unique. Par le biais du haut-parleur, l’auditeur est obligé de construire la signification des messages sans le bénéfice d’un mécanisme d’interaction. En outre, la radio comme nous la connaissons est limitée par une foule de facteurs prédéterminés: la qualité de la radiodiffusion, l’équilibre de la programmation, l’attrait d’un vaste public, la recherche sur la mise en marché, la voix travaillée, l’accès restreint, l’esclavage de la distribution musicale, l’uniformité des périodes de temps allouées, les spécifications techniques, les règlements touchant les permis et ainsi de suite. Talking to a Loudspeaker (Parler à un haut-parleur) joue avec quelques-unes de ces considérations.

Synopsis

  • Mister Speaker (Monsieur le président) est une visite tronquée à l’Assemblée législative de l’Ontario où les membres s’adressent à «Monsieur le président» sans obtenir de réponse. Le protocole est à l’ordre du jour, le temps alloué à la période des questions servant à maintenir sa prédominance.
  • The Weather (La météo), composée d’extraits de reportages radio réels, commence par une compilation des figures de style subjectives inhérentes à de telles présentations, puis se transforme en une interprétation minimaliste du nombre: incantation célébrant le degré, le calcul et la prévision.
  • The News (Les nouvelles), présente à l’auditeur deux points de vue, l’un venant de la gauche (canal de gauche), l’autre de la droite (canal de droite). Ridiculisant la notion simpliste de ‘programmation équilibrée’, cette section insinue que l’interprétation des ‘événements’ rapportés aux nouvelles dépend de facteurs au-delà du contrôle des médias proprement dit.
  • S’ouvrant par une série de numéros de téléphone visant à permettre une interaction culturelle maximale, Call Now (Appelez maintenant) devient une émission de ligne ouverte où l’animateur garde son sang-froid même si aucun auditeur ne parvient à établir la communication à cause de ‘problèmes techniques’.
  • La complexité de l’infrastructure de transmission ainsi que de la mise à jour et du contrôle de la technologie est le sujet traité par le technologue radio de service dans Talking About Ether (À propos de l’éther). Grâce à ses machines, l’univers de la transmission du son est transposé dans le mode visuel et son analyse, qui semble scientifique et objective au premier abord, se termine par l’affirmation que la radio «doit faire l’objet d’un strict contrôle».
  • Broadcast Quality? (Qualité de diffusion?) pose une question: «Est-ce une radiodiffusion de qualité?», en reconnaissant implicitement que le monopole, appliqué et maintenu par des contrôles arbitraires, est un phénomène malsain. La santé, dans ce cas, se conserve par l’irrévérence et l’humour.
  • Dans The Sponsors (Les commanditaires), le compositeur bâtit un récit à l’aide d’annonces publicitaires à la radio, créant ainsi une condensation simple de la manipulation du désir qui domine les médias contemporains.
  • We Live in the Age… (Nous vivons à l’époque…) — sous-entendu: où on doit exprimer l’évidence — se compose de quelques mots, prononcés dans la fantasmagorie auditive d’un paysage sonore vivant. La pièce représente une tentative d’insuffler de la vie dans l’espace mort de la radio, en autant qu’il soit possible de parler de souffle.
  • Ce qui nous amène à Dead Air (Temps mort sur les ondes) et à l’affaissement de l’autorité, qui crée une présence articulée par l’absence.
  • L’œuvre se termine par Here Comes Everybody (Voici tout le monde), une liturgie téléphonique, radiophonique et ironique dont le chant endort les théories utopiques de la communication globale: voici venir tout le monde, voici partir personne.


Talking to a Loudspeaker a été commandée par New American Radio and Performing Arts Inc (New York, ÉU, 1988, 90). L’œuvre a été créée au réseau de la National Public Radio (NPR): la partie I en 1989 et la partie II en 1991. La dixième section, Here Comes Everybody, est de Gregory Whitehead et a été exécutée par Gregory Whitehead (au téléphone), Dan Lander et un auditoire en direct au cours de l’émission Radio Free Banff au poste RADIA 89,9 FM à l’automne 1989. La composition a été réalisée dans le studio privée de l’artiste, et construite à l’aide d’une lame de rasoir et d’une bande magnétique analogique 1/4”. Merci à David Barteaux, Regine Beyer, Igor Bevc, Hanna Bulko, Peter Bulko, Hank Bull, Janice Carbert, Stephanie Carbert, Andy Dowden, Colin Griffiths, Ian Murray, Claude Schryer, Deirdre Swan, Helen Thorington et Gregory Whitehead.

Création

  • 1989, Concert, NPR, ÉU

Détails

Talking to a Loudspeaker (1988-90), 24:28
support stéréo

Mouvements

Calendrier

Diffusions

Date Œuvre Émission
6 septembre 2001 Dan Lander, Gregory Whitehead, Talking to a Loudspeaker (1988-90), 24:28 Kenny G’s Hour of Pain / WFMU 91.1 FM (ÉU)
7 février 2011 Dan Lander, Gregory Whitehead, Talking to a Loudspeaker (1988-90), 24:28 Acoustic Frontiers / CKCU 93.1 FM (Canada)