Forêt profonde

Francis Dhomont

Forêt profonde a été jouée à Aix-en-Provence, Arles, Arras, Berlin, Birmingham, Bordeaux, Bruxelles, Cagliari, Cologne, Crest, Édimbourg, Essen, Glasgow, Karlsruhe, Luxembourg, Marseille, Mexico, Montpellier, Montréal, Montreuil, Nantes, Oslo, Paris, Rome, São Paulo et Vienne…

À ma mère

Forêt profonde est un mélodrame acousmatique d’après l’essai de Bruno Bettelheim Psychanalyse des contes de fées (The Uses of Enchantment, traduit de l’américain par Théo Cartier, Éditions Robert Laffont, Paris 1976) dont voici la troisième version; version profondément modifiée et dont la durée est presque doublée par rapport aux versions précédentes. Forêt profonde est une œuvre qui m’habite depuis près de quinze ans et dont la réalisation finale m’a demandé plus de deux années.

Entreprise treize ans après Sous le regard d’un soleil noir, Forêt profonde s’inspire, elle aussi, d’une réflexion psychanalytique. Lecture adulte de contes pour enfants qui oscille entre le souvenir de mes émerveillements naïfs et la découverte de leurs mécanismes secrets. Peut-être cette hésitation entre deux âges présente-t-elle le risque de ne s’adresser ni à l’un, ni à l’autre; mais il se peut néanmoins que l’intuition magique de l’enfance, qui en nous ne dort jamais que d’un œil, rappelle des révélations enfouies et que l’esprit rationnel prenne plaisir à déchiffrer, sous le contenu manifeste de cet inconscient universel, la logique de son contenu latent.

Il s’agit d’une écoute à trois niveaux — romanesque, symbolique, musical — plus déconcertante, sans doute, mais plus active que l’écoute unidimensionnelle.

La trajectoire humaine de Bruno Bettelheim, dont la réflexion est à l’origine de ce parcours en étoile, interfère, pour des raisons évidentes, avec ces histoires de jadis qui nous questionnent sur notre époque.

Visite guidée de l’âme enfantine qui n’est, à vrai dire, qu’un retour au monde initiatique — à la fois cruel et rassurant — des contes de fées.

Forêt profonde comporte 13 sections dont les six Chambres (sections 1, 3, 6, 8, 10, 12) sont des périodes/lieux de transit, sortes de passages secrets entre les sept sections thématiques (sections 2, 4, 5, 7, 9, 11, 13). Ces Chambres ne comportent pas ou peu de texte.

Chacune des 13 sections emprunte un bref élément, une couleur, un ‘esprit’, à l’une des 13 Kinderszenen (Scènes d’enfants) op. 15 de Schumann, en hommage à ce compositeur pathétique, happé par la profondeur de sa forêt.

Je remercie Inés Wickmann Jaramillo de m’avoir offert une poétique prise de son colombienne ainsi que Beatriz Ferreyra qui m’a si amicalement permis de lui emprunter un court mais savoureux extrait de son Petit Poucet magazine (1985).


Forêt profonde est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). Sa composition a bénéficié d’une Bourse A pour artistes du Conseil des arts du Canada (CAC). La plupart des matériologies et traitements ont été obtenus grâce au système de synthèse sonore en temps réel SYTER de l’Ina-GRM et l’œuvre a été réalisée dans le studio du compositeur à Montréal. La présente version, définitive, a été créée le 8 juin 1996 lors d’un concert produit par l’ACREQ (Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec) à l’Usine C à Montréal. Les deux premières versions (36:00 et 37:00) avaient été créées respectivement à Paris le 16 mai 1994 au Cycle acousmatique Son-Mu de l’Ina-GRM, Salle Olivier Messiaen de la Maison de Radio France (Paris, France) et le 1er septembre 1995 au Festival d’art acousmatique Futura à Crest (France).

Dans la cadre de ses Prix de Printemps 2007, la Sacem lui attribue le «Prix de la meilleure création contemporaine électroacoustique».

Création

  • 16 mai 1994, Son-Mu 94: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)
  • 1 septembre 1995, Futura 95: Concert portrait 3, Salle municipale, Crest (Drôme, France)
  • 8 juin 1996, Création de la version définitive: Deux temps, trois mouvements, Usine C, Montréal (Québec)

Détails

support stéréo
Cycle: Cycle des profondeurs (1979-2015)

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions