Matrechka

Robert Normandeau

Matrechka a été jouée à Montréal et Trois-Rivières…

À Lucie

Un peu à l’image de ces Matrechka, les poupées gigognes russes qui lui ont donné son titre, cette œuvre se présente comme un dévoilement, une sorte de parcours où la réalité, une certaine réalité cède peu à peu la place… à une autre réalité. Elle reprend l’idée, chère aux surréalistes, selon laquelle l’art ne doit jamais être confondu avec l’objet qu’il représente. Ainsi, dans un tableau intitulé L’air et la chanson, René Magritte écrit au-dessous de ce qui semble bien en être une «Ceci n’est pas une pipe». Ici une vague, un souffle, une musique même sont d’ailleurs, ils sont représentés autrement que naturellement. D’un tumulte extérieur, chaotique, on progresse peu à peu vers une inquiétude, un désarroi intérieur. Adoptant progressivement des formes inédites, inouïes, les objets sonores revêtent de moins en moins l’aspect des objets réels dont ils proviennent.

[ii-90]


Matrechka a été réalisée entre 1984 et 1986 au studio de l’Université de Montréal et au studio du compositeur à partir de matériaux sonores créés pour six holosculptures de Georges Dyens. Elle a été créée le 1er mai 1986 à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Matrechka a obtenu le prix de la Fédération nationale de musique électroacoustique (France) et une mention dans la catégorie électroacoustique au 14ème Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1986) ainsi que le prix du studio Métamorphoses d’Orphée (Ohain, Belgique) au 1er Concours international Phonurgia Nova (Arles, France, 1986).

Création

  • 1 mai 1986, Concert, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières (Québec)

Détails

support stéréo

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions