extrémités lointaines

Hans Tutschku

extrémités lointaines a été jouée à Birmingham, Cagliari, Cologne, Crest, Paris et Weimar…

À Francis Dhomont

extrémités lointaines utilise des enregistrements effectués lors d’une tournée de concerts en Asie, à l’été 1997. J’ai enregistré des ambiances de grandes villes, des musiques d’églises, de temples ou de rues, ainsi que des chants d’enfants à Singapour, en Indonésie, aux Philippines et en Thaïlande. Ce monde sonore très éloigné de nous, relativement insondable même s’il ‘ouvre parfois ses portes’, détient des richesses insoupçonnées. J’intègre depuis des années des sons vocaux et instrumentaux dans mes compositions électroacoustiques en conservant leur contexte culturel et l’environnement sonore. Dans extrémités lointaines, ce lien reste très évident, même si durant la pièce je me déplace dans quatre pays différents.

La pièce est structurée en 15 sections qui décrivent différents endroits et atmosphères. L’intensité des impressions durant le voyage s’exprime dans une structure compositionnelle très condensée.

[xii-99]


extrémités lointaines a été réalisée en 1998 au studio de l’Ina-GRM (Paris) et a été créée dans sa version originale octophonique le 23 février 1998 durant le Cycle acousmatique Son-Mu du GRM. Elle est une commande de l’État (Direction de la musique, France) et de l’Ina-GRM (Paris). extrémités lointaines a obtenu un mention au Concours international de musique électroacoustique de Bourges (France, 1998) et une Distinction au Prix Ars Electronica (Linz, Autriche, 1998).

Création

  • 23 février 1998, Son-Mu 98: Concert, Salle Olivier Messiaen — Maison de la radio, Paris (France)

Distinctions

Détails

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.