Sibylla’s Voice

Theodoros Lotis

Sibylla’s Voice a été jouée à Berlin, Bruxelles et São Paulo…

À Annette Vande Gorne

Dans la mythologie classique, ainsi que dans la majorité des légendes anciennes, les sibylles sont des prophétesses dont les déclarations extatiques sont inspirées par Apollon. Suivant ces légendes, certaines sibylles pouvaient interpréter les rêves, d’autres pouvaient être entendues par delà la mort. Leurs oracles étaient pris très au sérieux. Virgile décrit la sibylle de Cumes (L’Énéide, livre 6, 42-51), la plus célèbre de toutes: «Elle change d’apparence, de couleur de visage, ses cheveux se redressent, sa poitrine tressaute, son cœur s’emballe violemment, la mousse envahit sa bouche et sa voix est terrible». Leurs mots sont couverts par des cris complexes, extatiques et inintelligibles. Il était très difficile de comprendre la signification des oracles.

Lorsqu’Annette Vande Gorne m’a demandé de composer une pièce multipiste, j’étais harcelé par l’idée de camoufler des idées musicales simples au milieu de morphologies texturales complexes et obscurantistes. Sibylla’s Voice recourt à des enregistrements instrumentaux (violon) et vocaux fortement traités pour produire une étrange atmosphère «vocale» (résultante de la convolution entre les sons de la voix et du violon). Cette pièce ne s’intéresse pas au mouvement en termes de déplacements d’un haut-parleur à l’autre. Elle porte plutôt sur la coexistence d’environnements spatiaux variés. Elle porte aussi sur la manière dont des éléments musicaux simples (par exemple: un intervalle d’une seconde) se comportent dans divers environnements spatiaux aux conditions changeantes et contrastantes. Tout comme les paroles de la sibylle, ces éléments sont parfois recouverts de textures spectrales denses et souvent obscures. De nos jours, les gens recherchent encore l’aide des «sibylles». Leurs prophéties tiraient probablement leur attrait de l’inconnu et de l’avenir non imaginé.

[traduction française: François Couture, ii-08]


Sibylla’s Voice [La voix de Sibylle] a été réalisée en 2001 au studio Métamorphoses d’Orphée à Ohain (Belgique) et au studio de la City University London (Angleterre, RU). Elle a été créée le 2 octobre 2002 dans le cadre du 9e Festival acousmatique international L’Espace du son (Bruxelles, Belgique). Elle est une commande de Musiques & Recherches. Merci à Eleni Mpratsou pour sa voix. Sibylla’s Voice a été finaliste au 2e Concours biennal de composition acousmatique Métamorphoses (Bruxelles, Belgique, 2002). Elle a été enregistrée sur le disque compact Métamorphoses 2002 (MR 2002, 2003).

Création

  • 2 octobre 2002, L’Espace du son 2002: Finale du concours de composition Métamorphoses, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Distinctions

Détails

support 8 canaux

Calendrier

Diffusions

Date Œuvre Émission
15 septembre 2009 Theodore Lotis, La voix de Sibylle (2001) Média inconnu

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.