Jeux imaginaires

Åke Parmerud

Jeux imaginaires a été jouée à Bruxelles et Montréal…

Jeux imaginaires est une invention sur le temps et les stratégies telles qu’on les observe dans la fameuse partie d’échec opposant Kharkov à Kasparov, au 22e tour du Championnat du monde d’échecs de 1992. En fait la pièce n’essaie pas de mimer la partie elle-même à l’exception du rythme de batterie dans la partie centrale qui est issue des dix-neuf premiers déplacements qui ont ouvert le tour. La partie a agi plutôt comme élément méditatif pour la composition de la musique. Tous les soirs, après ma journée de studio, je jouais la partie (ou seulement quelques mouvements) sur mon jeu portatif. Au-delà d’être un moyen agréable de détourner mon attention des problèmes musicaux pendant un certain temps, je me suis aperçu que le fait de jouer me faisait prendre conscience de plus en plus de ce que les échecs et la composition ont en commun. Au-delà des similitudes évidentes des stratégies d’ouverture et de fermeture (avec une plus grande liberté imaginative dans le centre), j’aime me représenter les différentes composantes musicales (objets sonores, phrases, structures…) comme des pièces (d’échecs) avec leur différent poids et leur différente force qui peuvent être placées selon différents agencements et où le fait de composer consiste à trouver une construction solide à travers l’œuvre dans son entier. Ainsi, le fait de jouer une partie chaque soir comme un rituel dégageait de nouvelles idées musicales et une nouvelle énergie créatrice sans qu’elles soient nécessairement directement reliées à la partie elle-même.

[source: Réseaux des arts médiatiques]


Cette pièce a été commandée par le Groupe de musique expérimentale de Bourges (GMEB) et composée dans son studio Charybde en 1993. Jeux imaginaires a remporté le Stockholm Electronic Arts Award en 1994.

Détails

support stéréo

Le calendrier d’événements

Diffusions