Yawar Fiesta

Werner Lambersy, Annette Vande Gorne

Yawar Fiesta a été jouée à Bruxelles, Castelo Branco, Cologne, Corfou, Leicester, Marseille et Weimar…

À Francis Dhomont

L’espace, écrit et interprété, est-il facteur d’expressivité, de dramatisation?

Musique? Opéra? Même si le projet ne comporte aucun chanteur sur scène, laquelle sera humaine et silencieuse, une majorité de matériau sonore dérive de la voix: le studio enregistre les chanteurs (comme au cinéma) et transforme les voix.

Non pas une œuvre électroacoustique (avec ses recherches de matières et d’écritures abstraites), mais la dramatisation d’un texte par, entre autres, le placement et les figures spatiales en mouvement. La musique «technologique» retrouve un lien avec la tradition chantée de l’opéra.

Synopsis

À partir d’un fait réel, la fête du sang (yawar fiesta, en quechua) qui a lieu chaque année dans certains villages des Andes péruviennes fondés par les Espagnols, une fête qui oppose dans le dernier combat d’une corrida, un condor capturé dans les montagnes par les Amérindiens, à un taureau élevé par les villageois, le texte associe, symboliquement, d’autres combats: celui, spirituel, entre l’être et l’avoir, celui, sociétal, entre pauvreté et richesse, celui, politique, entre peuples dominés et dominants. Seuls les rites et l’art rassemblent.

Structure et mise en son

Le livret de la fin des années 1990 de Werner Lambersy, un des grands poètes francophones (il est traduit en une trentaine de langues), écrit sur le mode incantatoire et rituel d’une tragédie antique, propose les combats duels qui nous habitent, concepts de sociétés et de vie opposés, symbolisés par le combat d’un condor et d’un taureau. Celui, par exemple, entre pauvreté et puissance de l’argent; celui aussi de l’attraction du désir et de la force brute.

  • Le chef des Amérindiens, au timbre de basse rassurant, personnifie par une déclamatoire posée la sagesse spirituelle dont la force éternelle l’emporte toujours, dans la durée, sur les contingences matérielles, politiques et économiques.
  • Le lamento du chœur des femmes amérindiennes — Lamento (Chœur des femmes I) — reste proche des intonations chantées de la voix, de son vibrato, de ses couleurs, afin d’exprimer l’universelle plainte des mères impuissantes face à l’injustice.
  • Le deuxième acte — Taureau (Le défi) — nous transporte au cœur de la société occidentale, celle du panem et circenses (‘pain et jeux du cirque’ ou «du pain et des jeux»), bruyante et sans pitié, par la voix claironnante et incisive du ténor.
  • Dans le chœur des femmes bourgeoises — Combattimento (Chœur des femmes II) —, le chant dramatique et le lyrisme se sont peu à peu imposés, comme une évidence inévitable. En résulte une écriture hybride, qui associe espaces, énergies, morphologies et couleurs harmoniques.
  • Le Monologue final se structure en deux voix intérieures qui, contradictoires, nous habitent: celle du pouvoir toujours prêt à écraser, à posséder et celle de la légèreté de l’être spirituel.

La valeur à la fois poétique et intemporelle de ce livret permet une écriture symbolique et archétypale tant au niveau du texte que de sa traduction musicale. Cela rend plus clair pour l’auditeur le message profond véhiculé par le texte sans s’arrêter au premier degré de l’anecdote. Les personnages, symboliquement divisés entre deux peuples où s’opposent deux conceptions, à la fois, de l’être humain et de la société, expriment l’essentiel et comme dans tout texte poétique, le sens transparaît au-delà des mots. C’est un sens collectif plutôt qu’individuel renforcé par la présence du chœur qui traduit, à la manière ample et quasi sacrée de la tragédie antique, la nature profonde de l’homme.

Outre la dimension artistique de l’œuvre, un des objectifs de cette manifestation, est de prouver que l’espace est un paramètre musical, au même titre que la hauteur, la durée, la dynamique et le timbre. Il s’agit de composer avec ce nouveau paramètre. On développera ainsi la perception spatiotemporelle de l’auditeur par la liaison évidente espace-personnage-action.

Mise en scène

Yawar Fiesta est opéra conçu pour être scénographié en vidéo. L’œuvre consiste en une projection auditive de la composition acousmatique spatialisée sur un ensemble de haut-parleurs, couplée à une projection visuelle d’images synthétisées ou traitées en trois dimensions pour casques de réalité virtuelle.

La scène est donc muette, sans chanteurs. Ceux-ci ont enregistré en studio, sous la direction de la compositrice, des improvisations vocales. Tout le texte est entendu à partir des haut-parleurs, considérés comme sources, personnages et support-espace.

L’espace sonore est celui de 7 haut-parleurs minimum disposés autour du public. Chaque plan spatial, chaque mouvement est symboliquement attribué à un personnage, à une action, à un affect pour marquer le «lieu intérieur» d’où ils parlent, selon le texte.

[xi-16]


Yawar Fiesta a été réalisée de 2006 à 2012 au studio Métamorphoses d’Orphée de Musiques & Recherches, à Ohain (Belgique) et a été créée le 28 octobre 2012 dans le cadre du 19e festival L’Espace du son au Théâtre Marni (Bruxelles, Belgique). L’œuvre a été réalisée avec l’aide du Service de la musique classique et contemporaine du Service de la Création artistique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Merci à: Musiques & Recherches. Voix enregistrées: Lorenzo Carola, ténor (Taureau (Le défi)); Paul Alexandre Dubois, baryton (Condor (La veillée)), Taureau (Le défi)); Madiha Figuigui, mezzo-soprano (Combattimento (Chœur des femmes II)); Nicolas Ischerwood, basse (Condor (La veillée)); Charles Kleinberg, récitant (Monologue final); Werner Lambersy, récitant (Taureau (Le défi), Monologue final); Annette Vande Gorne, contralto (Combattimento (Chœur des femmes II)); Françoise Vanhecke, soprano (Lamento (Chœur des femmes I), Combattimento (Chœur des femmes II)).

Création

  • 28 octobre 2012, L’Espace du son 2012: Yawar Fiesta, Théâtre Marni, Bruxelles (Belgique)

Détails

opéra électroacoustique
support 7.1 pistes

Mouvements

Le calendrier d’événements

Diffusions