La rage

Pierre Alexandre Tremblay

La rage a été jouée à Montréal…

Une pièce dédiée à tous les punks à lunettes: si leurs cheveux trahissent moins leur détresse, leur cynisme décrie tout aussi violemment leur désillusion.

Libre lecture du roman La rage (1989) de Louis Hamelin.

La rage:
   terre violée, expropriée pour de la tôle volante;
   peuple violé, castré de son identité;
   jeunesse perdue à plaire et à se cacher;
   intelligence trompée par une culture d’apparat;
cynique pour survivre.

La rage:
   minuscule microbe, incubation destructrice, la mort à petit feu…
   … tout explose, le kyste éclate, le pus hargneux se répand.
Mourir pour survivre.

[vii-09]


La rage a été réalisée en 2004-05 dans les studios du secteur électroacoustique de l’Université de Montréal et dans le studio du compositeur. La pièce a été créée par Stefan Schneider le 5 mars 2005 à la Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce à Montréal suite à une semaine de résidence de mise en salle. Merci à: Claudine Levasseur, Stefan Schneider, Sylvain Pohu, Robert Normandeau, Jean Piché, Luk Côté, Jonty Harrison, Jean-François Denis, Dominique Bassal et au Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC). La rage a été finaliste au 34e Concours international de musique et d’art sonore électroacoustiques de Bourges (France, 2007) et le concert Alter ego (dont La rage était l’œuvre centrale) a remporté le Prix Opus 2005-06 du Concert de l’année — Musique actuelle, électroacoustique.

Création

  • 5 mars 2005, Stefan Schneider, batterie • Concert, Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce, Montréal (Québec)

Détails

batteur de free jazz, traitement, traitement interactif et support 8 canaux

Mouvements

Calendrier

Diffusions

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.