Lux pa¥ll€tte$

eRikm

Lux pa¥ll€tte$ a été jouée à Montréal…

Avec cette pièce, j’ai travaillé avec la matière sonore du cinéma occidental, d’après ses multiples supports — pellicule son optique, cassette VHS, DVD — ainsi qu’avec des sons enregistrés dans des salles de cinéma lors de projections. Ce qui, au départ, m’intéresse dans ce processus-manipulation c’est bien le rapport à l’écoute aux sons du cinéma, de ses clichés, tensions, relâchements, bruitages, et des palettes émotionnelles en découlant.

En même temps Lux pa¥ll€tte$ fait écho à une réflexion sur l’identification d’un spectateur à tels acteurs ou groupes de population, y compris dans un rapport potentiellement schizophrénique, lors d’une projection (hallucination) cinématographique. Mon désir, à cette occasion, fut alors de favoriser l’émergence d’images psychiques dans lesquelles l’auditeur s’emparerait ou pas des éléments qui lui sont amenés pour, à son tour, créer ses propres décors, lumières, paysages; et se laisser conduire au centre de ses propres interprétations via les événements proposés acoustiquement.

La première phase de création empirique part de sélections intuitives des musiques, des bruitages, des commentaires.

Progressivement, j’ai vu remonter, avec l’apparition d’une couleur de ces images sonores, d’un sens dégagé par l’agencement des commentaires, une critique sociale au travers le prisme du cinéma populaire.

[x-09]

Détails

Lux pa¥ll€tte$ (2008), 32:00

Calendrier