Time will tell

Manuella Blackburn

Time will tell a été jouée à Bangor, Birmingham, Bruxelles, Londres, Troy et Vienne…

Tics, tacs, clics, clacs, coups et sonnettes, tous microscopiques, combinés en formes nouvelles. J’ai puisé ces sons miniatures dans des montres, des horloges et des chronomètres. Je les ai choisis pour leur brièveté et leur caractères évanescent. Cette pièce utilise comme méthodologie de composition fondamentale le réassemblage de rythmes horlogers réguliers à partir d’une pléthore de tics distincts, ainsi que la simulation (ou l’illusion) de mécaniques horlogères en mouvement, parfois même en défaillance. L’idée d’horloges qu’on remonte et qu’on remet à l’heure y joue un rôle structurel. Les cloches et sonneries fournissent du contenu mélodique et des moments harmoniques. Cette composition se fonde sur les microstructures bâties pour Switched on (2011), une pièce qui s’intéressait aux sons des interrupteurs, boutons et cadrans qui mettent nos appareils électriques en marche.

[traduction française: François Couture, v-17]


Time will tell a été réalisée au Goodman Studio de l’Experimental Media and Performing Arts Center (EMPAC) au Rensselaer Polytechnic Institute (Troy, New York, ÉU) et à la Liverpool Hope University (Angleterre, RU). Elle est une commande de l’EMPAC. Mille mercis à Harry Vannucci de la société Waterford Clock Co (Waterford, New York, ÉU) et à Sir George White, responsable du Clockmakers’ Museum (Londres, Angleterre, RU) pour m’avoir fourni l’accès à toutes les horloges de la collection. Time will tell a remporté le 1er prix au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2014 (Prague, République tchèque), ainsi qu’une mention spéciale dans la catégorie «recherche sonore» au Sonic Arts Awards (Rome, Italie, 2014).

Création

  • 22 novembre 2013, Manuella Blackburn Concert, Goodman Studio — EMPAC — Rensselaer Polytechnic Institute, Troy (New York, ÉU)

Distinctions

Détails

support stéréo

Le calendrier d’événements

Diffusions